Immobilier et Coronavirus : comment bénéficier d’un report de vos échéances de prêt

Le coronavirus a eu un impact considérable sur l’économie. Le secteur de l’immobilier peine encore à se relever même si cette crise semble maitrisée à présent. En effet, la pandémie a également entrainé dans de nombreux foyers, une baisse conséquente des revenus rendant difficile le remboursement des emprunts.

Ainsi, plusieurs propriétaires, victimes de la crise, rencontrent d’énormes difficultés à rembourser leur prêt immobilier. Heureusement, des solutions sont mises en œuvre pour résoudre cette situation.

A lire aussi : Où investir dans les Alpes-Maritimes ?

Ce qu’il faut savoir sur le report des échéances

Le report des échéances est l’une des solutions les plus efficaces pour contrer le stress de l’insolvabilité et gagner du temps. Mais avant d’y songer, il est crucial de bien relire votre offre de prêt. Car cette possibilité n’est pas envisageable auprès de toutes les banques. Dans la mesure où votre banque présente cette possibilité, demandez une suspension totale ou partielle du remboursement.

En effet, le report partiel implique que le remboursement du capital reste suspendu pour une période bien définie et préalablement négociée avec le conseiller bancaire. Toutefois, pendant ce temps, vous continuerez à payer les intérêts et le versement mensuel de l’assurance du prêt.

A découvrir également : Comment fonctionne la promotion immobilière ?

Par contre, le report total consiste à négocier une suspension des mensualités sur une durée allant de 1 à 12 mois, en une ou plusieurs fois. Bien que pratique, l’inconvénient du report total réside dans le fait qu’il a un coût élevé ; car plus la durée de remboursement est allongée, plus vous payerez des intérêts supplémentaires.

La modulation des mensualités

report échéance de remboursemment

Au rang des options qui s’offrent à l’emprunteur se trouve la modulation des échéances. En effet, la modulation des mensualités implique de négocier la baisse des mensualités initialement définies, en les diminuant ou en les augmentant dans la limite de 10 % à 30 % de la somme initiale.

Ainsi, la banque calcule un nouveau tableau d’amortissement à chaque demande de modulation. Avant d’espérer bénéficier de la modulation, il faut que votre contrat contienne une clause de modularité. De base, la modulation est une solution à laquelle recourent les emprunteurs en cas d’accident de vie, de perte d’emploi ou de baisse de revenus. C’est donc à dessein qu’on y recourt en temps de crise.

Cependant, la clause de modularité ne peut être utilisée qu’à partir de 12 à 24 mois de remboursement du prêt. Ainsi, si vous avez jusque-là honoré toutes vos mensualités, la banque n’aura aucune raison de vous refuser cette doléance.

Le regroupement des crédits

L’une des solutions à la crise est le regroupement de crédits. À défaut de bénéficier de report ou de modulation, l’emprunteur peut envisager le regroupement des crédits. Ainsi, pour un propriétaire ou pour un ménage disposant de plusieurs crédits, cette solution consiste à consolider les dettes.

En effet, il est question ici de fusionner les différents crédits immobiliers, les crédits à la consommation, les découverts bancaires, etc. en un crédit unique. Ainsi, une banque spécialisée se chargera de tout rembourser. À partir de ce moment, l’emprunteur ne sera tenu de verser qu’une seule mensualité, plus faible sur une durée d’endettement bien plus longue.

Dans d’autres cas, on peut même ajouter à cette aide une enveloppe de trésorerie permettant aux propriétaires et aux ménages de faire face à ses difficultés financières passagères.

Show Buttons
Hide Buttons